Démarche artistique

 

 

            Danielle choisit de s’investir en tant qu’artiste en 1999. Pour se démarquer, elle pense à se forger un style, à se créer une technique propre. Comme elle aime le pointillisme des impressionnistes, elle s’en inspire. Sa technique qu’elle baptise le Cédillisme se traduit par un amoncellement de touches en forme de cédilles. Cette danse colorée suggère au nerf optique un effet de pixels semblable à celui observé sur un écran télévisé. Elle ignorait jusque-là qu’à une époque on parlait de cédilles pour désigner la manière d'appliquer la couleur dans les œuvres impressionnistes, elle l’apprend, par le plus pur des hasards, quelque dix-sept ans plus tard, en posant une question à un rédacteur en chef d’une revue d’art connue. Il ajoute que l’appellation de son style est en ligne directe avec l’héritage de l'impressionnisme. Tout compte fait, à ses débuts, Danielle privilégie le pastel sec. Son attachement pour le figuratif lui vient de l’influence que sa formation en graphisme lui procure. « Simple, mais efficace » étant une des devise enseignée. Danielle vous présente, le plus souvent, des personnages stylisés d’inspiration cubiste. Il faut dire que sa thématique aborde principalement l’étude de l’évolution spirituelle, le cœur des êtres humains, les trésors de beauté qui peuvent en ressortir. Danielle nous décrit un peu sa vision par ses Portraits traitditionnels. Elle modèle les traits de ces personnages jusqu’à l’extrême pour que la futilité de l’apparence adoucisse les jugements afin de permettre de concentrer notre attention sur l’essence de l’être.

 

          Actuellement, à la suite d'un passage qui dure dix ans dans le monde de la littérature, DANielle Giroux, mieux connue sous le pseudonyme DANG, choisit de marier l’art visuel aux lettres en écrivant des proses descriptives sur chacune de ses œuvres sculptées, cette fois. En toute liberté, elle puise sa motivation dans le dépassement de soi, mais aussi dans le désir d’innover. Que nous réserve-t-elle ? Seul Dieu le sait !

 

** *** **

 

 

DANG, an artistic process

          In 1999 Danielle dedicates herself to her art. To set herself apart from other artists she builds up her own style. Her own artistic technique. Since she appreciates the Impressionism’s pointillism, she draws her inspiration from it. She calls that technique “Cedillism”, which consists of small cedilla-like shapes applied in pattern. That colorful dance stimulates the optic nerve, resulting in an effect reminding pixels on a television screen. She didn’t know at that time that the way color was applied by impressionists was called “cédilles” (“cedilla” in French). Seventeen years later she unexpectedly learns it by asking questions to the chief editor of an art magazine. He’s positive that the way she calls her style is an explicit heritage of impressionism.

At the beginning of her artistic career Danielle favors soft pastel. Her fondness for figurative art comes from her graphic design studies. “Simple but effective” was a precept taught there. Danielle often introduces figures of cubism’s inspiration. Her main theme is about study of spiritual evolution, humans’ soul and the treasure of beauty coming out of it. By her “trait-ditionnal” portraits, Danielle describes her own vision. She molds those characters’ features to the extreme in order to let their trivial appearance softens judgement. It is then possible to concentrate on the essence of being.

          Following a ten-year-long experience in literature, DANielle Giroux (known as DANG) currently unites visual art and literature by writing explanatory fables about her sculptures. She freely draws her motivation from self-surpassing and her wish to break new ground. Only God knows what’s next.

Danielle Giroux

Traduction : Catherine Asselin

Reproductions ou copies interdites / Tous droits réservés ©Danielle Giroux 2017

Reproduction or copy prohibited / All rights reserved ©Danielle Giroux 2017

© 2023 par le Peintre. Créé avec Wix.com

  • Twitter Metallic
  • s-facebook